Divorce : comment obtenir la suppression d’un droit de visite ?

Le divorce est une épreuve difficile pour les couples, et encore plus lorsque des enfants sont impliqués. La question du droit de visite et d’hébergement est souvent au cœur des préoccupations des parents séparés. Mais dans certains cas, la suppression du droit de visite peut être envisagée. Comment procéder pour obtenir cette mesure? Dans quels cas est-elle applicable? Cet article vous donne toutes les clés pour comprendre et agir en connaissance de cause.

Comprendre le droit de visite et d’hébergement

Le droit de visite et d’hébergement est un droit accordé par le juge aux affaires familiales (JAF) au parent qui n’a pas la garde principale de l’enfant en cas de séparation ou de divorce. Ce droit permet au parent concerné de maintenir un lien avec son enfant, en l’accueillant chez lui à des périodes déterminées, généralement un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires.

Cependant, il peut arriver que l’exercice de ce droit de visite ne soit pas dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Dans ces situations, il est possible de demander au juge une modification ou une suppression du droit de visite.

Cas dans lesquels la suppression du droit de visite peut être demandée

Plusieurs situations peuvent justifier une demande de suppression du droit de visite :

  • Danger pour l’enfant : si le parent qui bénéficie du droit de visite met en danger la santé, la sécurité ou la moralité de l’enfant, il est possible de demander la suppression de ce droit. Il peut s’agir, par exemple, de violences physiques ou morales, d’abus sexuels, ou d’exposition à des situations inappropriées (consommation d’alcool ou de drogues, fréquentations dangereuses, etc.).
  • Non-respect des conditions fixées par le juge : si le parent qui bénéficie du droit de visite ne respecte pas les modalités fixées par le juge (horaires, lieux de rencontre, etc.), cela peut justifier une demande de suppression.
  • Abandon manifeste : si le parent qui bénéficie du droit de visite ne voit plus son enfant depuis un certain temps et ne manifeste aucune volonté de maintenir un lien avec lui, il est possible de demander la suppression du droit de visite.
A découvrir également  Divorce : comment obtenir la modification d'une pension alimentaire ?

Il est important de noter que la suppression du droit de visite ne sera accordée que dans les cas où elle est jugée nécessaire pour protéger l’intérêt supérieur de l’enfant. Le simple fait que les parents ne s’entendent pas ou que des conflits existent entre eux ne suffira pas à justifier une telle mesure.

La procédure pour demander la suppression du droit de visite

Pour demander la suppression du droit de visite, il faut saisir le juge aux affaires familiales. Cette démarche se fait généralement par l’intermédiaire d’un avocat, qui rédigera une requête en ce sens. Il est possible de faire appel à un avocat spécialisé en droit de la famille pour vous accompagner dans cette démarche.

La requête doit être accompagnée de preuves justifiant la demande de suppression du droit de visite. Il peut s’agir de témoignages, de rapports médicaux, de constats d’huissier, etc. En fonction des éléments fournis et des circonstances, le juge pourra décider de supprimer totalement ou partiellement le droit de visite, ou bien d’aménager les conditions d’exercice de ce droit (par exemple, en prévoyant des visites médiatisées).

Il est important de souligner que la suppression du droit de visite n’entraîne pas nécessairement une suppression du droit d’hébergement. Le parent concerné peut toujours demander à voir son enfant lors des périodes d’hébergement prévues par le juge. De même, la suppression du droit de visite n’a pas d’incidence sur l’obligation alimentaire : le parent doit continuer à verser une pension alimentaire pour contribuer à l’entretien et à l’éducation de l’enfant.

A découvrir également  Divorce à l'amiable en 2023 : les règles à connaître pour une séparation sereine

Les conséquences pour le parent privé du droit de visite

La suppression du droit de visite est une mesure grave qui peut avoir des conséquences importantes pour le parent concerné. En effet, il sera privé du contact avec son enfant et devra respecter cette décision sous peine de sanctions pénales (non-représentation d’enfant).

Si le parent privé du droit de visite estime que la décision du juge est injuste ou que les circonstances ont évolué, il peut demander une révision de la mesure. Pour cela, il devra saisir à nouveau le juge aux affaires familiales et apporter des éléments nouveaux justifiant sa demande. Le juge pourra alors décider de rétablir le droit de visite, sous certaines conditions ou de manière progressive.

En conclusion, la suppression du droit de visite est une mesure exceptionnelle qui ne doit être envisagée qu’en dernier recours, lorsque l’intérêt supérieur de l’enfant est en jeu. Si vous êtes confronté à une telle situation, il est essentiel de vous entourer d’un avocat compétent en droit de la famille pour vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches devant le juge aux affaires familiales.