Contrat de travail en CDI : comment est fixée la rémunération en cas de changement de poste ?

Le changement de poste au sein d’une entreprise peut entraîner des modifications sur le contrat de travail, notamment en ce qui concerne la rémunération. Comment est-elle fixée en cas de passage à un nouveau poste sous CDI ? Cet article vous propose un tour d’horizon des éléments à prendre en compte pour déterminer la nouvelle rémunération.

Les principes légaux et conventionnels relatifs à la rémunération

En matière de rémunération, il est important de distinguer les principes légaux et conventionnels. Le Code du travail encadre les règles applicables, mais les conventions collectives peuvent prévoir des dispositions spécifiques en fonction des secteurs d’activité. Il convient donc de se référer à ces deux sources pour connaître les règles relatives à la fixation de la rémunération en cas de changement de poste.

Le Code du travail prévoit que le salaire doit être fixé librement entre l’employeur et le salarié lors de la conclusion du contrat de travail. En revanche, il impose également le respect du salaire minimum, c’est-à-dire le SMIC ou, si elle est supérieure, la rémunération minimale prévue par la convention collective applicable.

Les conventions collectives, quant à elles, peuvent prévoir des grilles salariales en fonction des catégories professionnelles et du niveau d’expérience des salariés. Elles peuvent également fixer des règles spécifiques en cas de changement de poste, telles que la prise en compte de l’ancienneté ou la mise en place d’une période d’essai.

A découvrir également  Extrait de casier judiciaire: guide complet pour comprendre et procéder

Les facteurs influençant la rémunération en cas de changement de poste

Plusieurs facteurs peuvent influencer la détermination de la rémunération lors d’un changement de poste. Parmi eux :

  • La nature du nouveau poste : un passage à un poste plus élevé dans la hiérarchie peut justifier une augmentation de salaire ; inversement, un changement de poste vers une fonction moins importante pourrait entraîner une baisse.
  • L’expérience et les compétences du salarié : si le nouveau poste requiert des compétences spécifiques ou fait appel à une expérience significative, cela peut être pris en compte dans la fixation du nouveau salaire.
  • La situation économique de l’entreprise : selon les résultats financiers et les perspectives d’évolution de l’entreprise, l’employeur peut être plus ou moins généreux dans l’attribution des augmentations salariales.

Négocier sa nouvelle rémunération

Au-delà des dispositions légales et conventionnelles, il est souvent possible pour le salarié concerné par un changement de poste d’négocier sa nouvelle rémunération. Pour cela, il convient d’adopter une démarche structurée :

  1. Faire le point sur ses compétences et ses réalisations passées, afin de pouvoir argumenter en faveur d’une augmentation.
  2. Se renseigner sur les rémunérations pratiquées pour des postes similaires, tant au sein de l’entreprise que dans le secteur d’activité.
  3. Préparer et mener la négociation avec l’employeur, en faisant preuve de diplomatie et en étant prêt à faire des concessions si nécessaire.

Il est important de garder à l’esprit que la rémunération n’est pas le seul élément à prendre en compte lors d’un changement de poste. D’autres facteurs, tels que les perspectives d’évolution professionnelle, la qualité du management ou encore la conciliation entre vie professionnelle et vie privée, peuvent également peser dans la balance.

A découvrir également  Extrait de casier judiciaire : comprendre et maîtriser cet élément clé de votre parcours professionnel et personnel

En conclusion, la fixation de la rémunération en cas de changement de poste sous CDI dépend principalement des dispositions légales et conventionnelles applicables, mais également des facteurs propres à chaque situation. Le salarié concerné a tout intérêt à se renseigner sur les règles en vigueur et à négocier sa nouvelle rémunération afin d’obtenir un accord satisfaisant pour lui-même et pour son employeur.